Mon expérience du congrès Being One à Madrid

Mon expérience du congrès Being One à Madrid

Lorsque j’ai appris qu’un événement de cette ampleur allait se dérouler à Madrid au mois de mai, mon cœur s’est mis à battre un peu plus fort…

With Neale Donald WalschBeing One, un congrès réunissant 16 auteurs spirituels internationaux, était programmé les 12, 13 et 14 mai 2017 à Madrid. L’affiche était plus que séduisante : Neale Donald Walsch, l’auteur de Conversation avec Dieu, Anita Moorjani revenue guérie d’un cancer après avoir vécu une expérience de mort imminente, Gregg Braden, Joe Vitale, Robin Sharma, Emmanuel Dagher, les frères Ruiz, Jeff Foster et Mooji, entre autres…
Comment résister à ces merveilleux guides qui avaient contribué à mon évolution personnelle ?

Qui plus est, cet événement aurait lieu à Madrid, une ville que je connais bien car j’y ai vécu pendant presque deux ans. Et la date correspondait, à quelques jours près, avec mon anniversaire. Alors j’ai craqué et j’ai cliqué pour réserver ma place !

Cependant depuis mon changement de vie en septembre 2015, il me semblait que l’Espagne représentait le passé. Je sais que j’y ai vécu plusieurs vies et certaines assez difficiles. De plus, ce pays ne me semblait pas être particulièrement tourné vers la spiritualité. Alors tout à coup, mes croyances se sont envolées. J’avais à nouveau rendez-vous avec Madrid. Une réconciliation et une unité intérieure et extérieure m’appelaient. Cette ville venait à nouveau me chercher pour agrandir mon champ de conscience et pour réunir mon ancienne et ma nouvelle vie. Quel symbole !

En arrivant dans la capitale espagnole, je suis allée dans la Cathédrale et j’ai découvert une petite chapelle « La capilla del Santísimo » consacrée à la prière profonde. Je me suis laissée surprendre par l’énergie intense qui coulait en moi. Sur les vitraux était écrit : « Tous nous formons un seul corps. » Je ne savais pas alors que quelques heures plus tard j’allais justement faire l’expérience de cette réalité.

Mon expérience du congrès Being One à MadridLe lendemain je me rends à l’endroit où devait avoir lieu le congrès. En sortant du métro une jeune femme s’avance vers moi et me demande si je viens pour Being One. Je réponds « oui ». Elle m’explique alors que le congrès ne se déroulera finalement pas ici et qu’un bus viendra nous chercher pour nous amener à 35 minutes de là. Au milieu des personnes qui attendent avec moi, je fais la connaissance d’Aziza avec qui j’ai passé une grande partie du week-end.

Nous entrons avec beaucoup de retard dans une salle circulaire et froide qui avait été des arènes quelques années auparavant. Le son est très mauvais à cause d’un écho qui rend les phrases presque inaudibles. Seule la traduction en espagnol et en simultané est assurée alors que les interventions devaient être traduites en plusieurs langues. Parlant couramment l’espagnol cela me convient mais pour ceux qui ne comprennent pas cette langue, le congrès semble mal engagé…

Après de nombreuses minutes d’essais techniques pour améliorer le son, l’évidence est là. Les conférenciers sont pratiquement inaudibles même pour les espagnols. Plusieurs personnes s’en vont après avoir rempli des feuilles de réclamation. Dans le public une personne crie « C’est un désastre ! » Des sifflets retentissent. L’intervenante espagnole Alicia Sanchez est impuissante et au bord des larmes.

L’heure du repas arrive et j’entre dans un bar bondé pour commander des tapas. Aziza me rejoint et nous dégustons au comptoir des « calamares » et « croquetas » avec un verre de vin rouge au milieu du chaos ! Cela nous fait sourire. Elle me dit qu’elle ne comprend pas l’espagnol et qu’elle a pu obtenir une place dans le carré VIP où plusieurs français se sont regroupés autour du traducteur officiel. J’obtiens moi aussi une place aux premières loges où le son est meilleur. L’après-midi nous assistons aux interventions de Gregg Braden et des fils de Don Miguel Ruiz.
Mon expérience du congrès Being One à Madrid

Le deuxième jour, une très longue file se forme devant la salle du congrès. Après deux heures d’attente environ, les portes restent closes. Puis tout à coup on nous informe que le congrès est annulé. Nous avons du mal à réaliser que tout cela puisse s’arrêter ainsi… Déception, tristesse, impuissance. Nous nous consolons en nous disant que nous aurons alors tout le loisir de visiter Madrid.

Mais devant la salle, les personnes refusent de partir. Alors, quelque chose d’extraordinaire se passe. Le congrès qui ne peut avoir lieu à l’intérieur est en train de naître à l’extérieur. Au milieu de la foule, les intervenants du congrès se succèdent dans une ambiance pacifique et familiale. Ils improvisent des messages de soutien, de paix et d’amour. Ils n’ont pas plus d’informations que nous sur les raisons de l’annulation mais ensemble nous nous sentons plus forts. Le véritable Being One naît à ce moment-là.

A plusieurs reprises nous scandons « Todos uno » (Tous un). Cela nous rapproche les uns des autres et nous rappelle cette réalité si simple et si difficile à ressentir pour la plupart d’entre nous. Ne sommes-nous pas venus précisément au congrès « Being One » (Etre un) pour ressentir que nous sommes Un ? Alors, ne serait-ce pas le moment, le lieu et les circonstances parfaites pour expérimenter cela ? Existe-t-il vraiment une séparation entre nous et Antonio l’organisateur de cet événement ? Sommes-nous des victimes ? Au moment où Antonio s’est retrouvé dans l’incapacité de continuer, ne nous a t’il pas donné le relais afin que nous devenions les co-créateurs de cet événement ?

Mon expérience du congrès Being One à MadridUn conférencier espagnol a dit que ce projet avait du cœur mais qu’il manquait de « pied ». Nous sommes alors tous devenus les pieds qui faisaient défaut à ce rendez-vous. Et c’est notre union qui a donné corps à Being One. Au mois d’août 2016, Antonio Moll l’ organisateur de 37 ans, s’est réveillé avec la vision de cet événement et son nom « Being One ». Il a commencé à contacter tous les auteurs qui ont accepté le rendez-vous. Cet homme a suivi son élan et malgré les difficultés sur le chemin, il n’a jamais cessé de poursuivre son rêve.

Il nous a dit à plusieurs reprises qu’il avait tout donné. Sur scène, il n’a pu retenir ses larmes. Certaines personnes n’ont pas supporté de le voir ainsi. Mais les larmes de l’un d’entre nous ne sont-elles pas nos propres larmes ? Et lorsque la faiblesse de l’autre nous est insupportable, ne serait-ce parce que nous refusons de voir la nôtre ? Antonio a finalement eu le courage de venir nous parler et de nous dire la vérité. Même si celle-ci semblait hallucinante. Il nous a avoué qu’il manquait 80 000 euros pour que l’événement se poursuive. Certains ont crié : « Rends-nous notre argent ! »

Après ce douloureux constat et contre toute attente,  un miracle s’est produit car on nous a informé que les portes de Being one rouvriraient l’après-midi. Tout est possible lorsque nous devenons Un.

Mon expérience du congrès Being One à MadridAziza et moi nous sommes alors éloignées pour aller nous restaurer et la magie a continué… Sur le même trottoir en face de moi, je vois Anita Moorjani ! Ma surprise a été si grande que j’ai juste pu dire « Oh Anita thank you ». Je crois que nous nous sommes embrassées et derrière elle se trouvait Emmanuel Dagher ! Je n’en croyais pas mes yeux et à nouveau je me suis exclamée : « Oh Emmanuel ! » Devant mon air effaré, il m’a ouvert ses bras en disant « Do you want a hug ? » « Yes I want ! » Ensuite il m’a fait une bise et nous avons fait une photo ensemble. Comment vous dire mon émotion ? Cela pourra peut-être vous surprendre mais je ressentais un peu de fascination pour Emmanuel Dagher ainsi qu’une vibration commune. Et l’univers nous a fait nous rencontrer. Même si cela a seulement duré 2 minutes, nous étions au rendez-vous.

Je ne peux m’empêcher de penser que si le congrès Being one s’était déroulé de façon parfaite, les enseignements et les rencontres n’auraient certainement pas été ce qu’ils ont finalement été.

Mon expérience du congrès Being One à MadridLes spectateurs du congrès sont devenus les créateurs et les conférenciers sont devenus les spectateurs d’un mouvement qui s’est créé sous leurs yeux. L’organisateur a été lui-même porté par l’énergie de Being One dont il était à l’origine. Nous sommes devenus un seul et même corps. Nous sommes devenus Un et c’est la raison pour laquelle ce fut magique ! Le féminin et le masculin sacrés se sont unis pour donner naissance à ce congrès. (Lire le texte “S’ouvrir au Féminin Sacré pour entendre Dieu”)

Le dernier jour, j’ai rencontré Neale Donald Walsh et Jeff Foster. Puis est arrivé le satsang de Mooji. Alors une intense énergie m’a nourrie et à nouveau j’ai ressenti ce que je suis en profondeur, l’être sacré que nous sommes tous. J’ai pu contacter cette chose indéfinissable qui nous constitue au-delà du corps, de la personnalité, de nos rôles, de notre image, de nos qualités, de nos défauts, de nos angoisses, de nos attentes… Ce qui est éternel et infini. Ce qui est immuable et au-delà de tout ce que l’on peut imaginer. C’est un ressenti puissant et profond. C’est l’unité avec le tout. C’est la pureté retrouvée. (Lire l’article “Se souvenir de sa pureté”)

Aziza et Mooji
Le lendemain lorsque je suis revenue dans la petite chapelle de la Cathédrale et que mes yeux se sont à nouveau posés sur cette phrase : « Tous nous formons un seul corps » J’ai frissonné en réalisant qu’il s’agissait précisément de ce que nous avions vécu lors du congrès Being One et à quel point cette réalité était puissante.

Nous sommes unis à Tout et à Tous mais la plupart du temps nous l’ignorons.

Ensemble nous formons un seul corps.

Tout est possible lorsque nous devenons Un.

 Copyright © 2017.
Sans mention de l’auteur ni de la source www.carolinefaget.fr  , l’utilisation de ce texte n’est pas autorisée.

Vous aimerez aussi:

“S’aligner sur le masculin sacré pour agir avec Dieu”

“Comment recevoir une réponse de son corps?”

Cet article a 8 commentaires

  1. C’est magnifique, merci pour ce récit, et ce témoignage si touchant.
    Nous sommes tous unis, oui
    Merveilleuse journée à vous

  2. Merci Caroline pour ce joli retour de moments de Vie !
    J’aurai bien aimé vivre cela mais en vous lisant c’est comme si j’y étais…..
    Belle suite et à bientôt….
    Florence

  3. Je trouve ça génial !

  4. Bonjour Caroline,
    Merci pour ce témoignage si intime, si vrai et tellement plein de vie. Le vécu de l”inattendu est à l’image de l’abandon à la transformation, l’abandon à l’inconnu. L’évolution intérieure a tellement besoin de cette énergie que l’on peut développer ensemble par la rencontre des autres et qu’on se “profuse” l’un à l’autre. Mille gratitudes pour tout ce que vous donnez.
    Daniel

  5. Oh Caroline , que d’émotions !!! Un vrai défi s’est présenté là â vous tous !!! Dans notre monde toujours organisé planifié cadré , votre congrès transformé en fiasco vous a obligés à retrouver aussitôt la confiance absolue et la compassion ! La pratique plutôt que des discours ! Un coup de théâtre que vous avez tous si bien transcendé pour , au final , vivre dans un généreux partage un congrès hors norme et inoubliable !!!! La vie peut être très facétieuse parfois !!! J’ai trouvé tellement charmante cette petite chapelle , comme une protection pleine de douceur pour vous accompagner …. Comme la tendresse qui m’enveloppe depuis une semaine , fidèlement , patiemment , pour m’aider dans cette transformation intérieure indispensable et quasi magique , grâce à vous !!! !!! Plein d’amour Caroline et plein de gratitude , immensément , pour toujours ????????????????????

  6. Bonjour Caroline,

    Je suis stupéfaite, et je reste sans voix, au travers de ton récit. Quand j’ai commencé à lire te lire, et je me suis vue et sentie en Espagne. Je me vois les yeux grands ouverts à me demander vais je pourvoir y assister, et que faire. Je ne parle pas la langue du pays, et je ne connais personnes. Ce qui est beau c’est de voir le bel échange que tu as partagé avec toutes ces belles âmes( à ta grande surprise). L’univers est grand et merveilleux. Tous s’est bien déroulé par la suite. je suis enchantée par cette très belle expérience que tu as vécue, lors de ton séjour à Madrid.
    J’espère un jour pouvoir rencontrer de belles personne entre autre comme toi, avec un cœur pur, et une grande simplicité, et pourvoir vivre cela.
    Caroline, j’attends de te lire très bientôt.
    Je te remercie de nous faire partager toutes ces belles expériences spirituelles.

    Dieu te garde et te bénisse, et que les Anges t’accompagne sur ce magnifique chemin de lumière.

    Patricia.

  7. Bonjour Caroline Faget
    Que le message vous trouve être bien

    Quel joie de vous lire et de vivre cette expérience à Madrid
    J’ai ressenti tant d’amour dans votre récit, que j’étais avec vous dans ce voyage…….et larmes de joie ont coulés sur mes joues, tant votre message avec l’Unitude correspond à La Vision Universelle
    Namasté
    With love&respect
    Natalie

    Joyeux anniversaire Caroline Faget
    Je vous souhaite pleins de bonheur

  8. Merci Caroline
    le récits de ton expérience ma fait frissoné;magique,oui nous ne formons q’un,et cela est génial
    que de belle rencontre ,merci beaucoup
    claude

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×

Panier