Suis ta peur et tu trouveras le chemin de la libération

Aujourd’hui 2 septembre 2017, je réalise qu’il y a deux ans, jour pour jour, je démissionnais de l’éducation nationale pour me lancer dans mes nouvelles activités de thérapeute. J’ai sauté dans le vide sans savoir ce qui allait advenir et j’ai suivi la voix de mon âme.(Lire l’article ” Manifester sa mission d’âme”)

Voici le texte que j’avais écrit quelques jours après la démission…

La peur est là blottie, compacte, au creux de mon ventre et de mon plexus. Elle s’accroche et veut avoir raison. Elle veut me diriger. Elle veut que je lui obéisse. Je la sens physiquement car elle pèse dans mon corps.

J’ai peur

En disant ces mots, un souffle de légèreté s’engouffre dans mon corps. La peur semble se dissiper.

J’ai peur de manquer d’argent dans mes nouvelles activités professionnelles.

Je cherche toutes les façons possibles pour être sûre de gagner de l’argent. Plus je cherche et plus j’ai peur. Plus j’ai peur et plus je cherche. J’entre dans un cercle vicieux qui m’emprisonne.

Comment vais-je faire si l’argent n’arrive pas jusqu’à moi ? Comment vais-je pouvoir rester vivante si je n’ai pas assez d’argent ?

Ces peurs me soulèvent le cœur et alourdissent mon corps.

J’ai peur de manquer d’argent

Et alors j’entends une voix qui résonne à l’intérieur :

« Est-ce que tu manques d’argent ici et maintenant ? »

Non. Mais si je n’ai plus de quoi vivre d’ici un an ? Il faut que je trouve des solutions pour être sûre de ne pas manquer d’argent. J’ai si peur.

J’ai démissionné de l’éducation nationale et je ne le regrette pas mais comment vais-je pouvoir vivre de mes nouvelles activités ? Je fais mes petits calculs pour me rassurer. Pendant combien de temps mes économies vont-elles pouvoir m’aider à vivre ? Pendant combien de temps l’indemnité que je vais percevoir va-t-elle me faire vivre ? Et après, que va-t-il se passer après ? J’ai si peur !

« As-tu besoin d’argent ici et maintenant ? »

« Non »

« Quel est ton besoin caché derrière ce besoin d’argent ? »

J’ai besoin de me sentir en sécurité financière.

« A quels moments te sens-tu en sécurité ? »

Lorsque je sais que j’ai assez d’argent dans mon compte en banque.

« Si tu étais sûre de gagner assez d’argent pour vivre, comment te sentirais-tu ? »

Oh je me sentirais tellement bien !

« Décris-moi avec précision ce que tu ressentirais »

Je me sentirais en sécurité. J’aurais le sentiment d’avoir accompli quelque chose de merveilleux : gagner ma vie en faisant ce que j’aime. Je me dirais que la vie est magique et que j’ai réussi ! Je me dirais que j’ai réellement choisi le bon chemin pour moi. Je me sentirais en paix, sereine, soulagée. Je serais légère et confiante. Je serais fière de moi et des décisions que j’ai prises pour arriver jusque-là. Je serais tellement heureuse d’avoir eu le courage de changer de métier. J’aurais une gratitude immense envers la Vie. Je me sentirais à ma place et récompensée de mes efforts. Je me sentirais chanceuse de pouvoir exercer le métier que j’ai pleinement choisi. Je me sentirais bénie des Dieux.

« Imagine que ce moment est arrivé ici et maintenant. Imprègne-toi de cette vision. Baigne-toi dans cette vibration.»

Mon corps se détend…

Quelques minutes après j’ai peur à nouveau.

J’entends « Ce n’est pas grave »

« Il faut que mon blog voie vite le jour ! Il faut que j’achète rapidement mes cartes de visite et que je les distribue. Il faut que je me bouge et que je me fasse connaître. Et si personne ne prenait rendez-vous avec moi. Malgré mes peurs je sais que les personnes vont venir. »

« Que ressens-tu lorsque tu dis que « tu sais » que les personnes vont venir ? »

Je ressens de la confiance.

« Tu as confiance ? »

Oui j’ai confiance et c’est grâce à cette confiance que j’ai démissionné. Mais je ne comprends pas pourquoi j’ai confiance car ça ne repose sur rien de concret. J’ai peur.

« La confiance t’aide t-elle ? »

« Oui »

« Que ressens-tu lorsque tu as confiance ? »

Je ressens comme une énergie qui me soutient, un sas de sécurité.

« La confiance te permet-elle de te sentir en sécurité ? »

Oui car lorsque j’ai confiance je me sens en sécurité.

« Te sentirais-tu en confiance et en sécurité si tu étais sûre de réussir ? »

“Oui !”

« Comment te sentirais-tu si tu étais sûre de réussir ? »

“J’aurais l’impression d’avoir des ailes et d’être légère comme un oiseau. Je serais sûre de moi, des décisions que je prends et des actes que j’accomplis. J’aurais une vision claire des choses. Je ne tergiverserais pas. J’irais droit au but et je ne serais plus du tout inquiète. Je me sentirais bien et en accord avec moi. Tout serait plus léger et plus joyeux. Je serais tellement reconnaissante pour tout ce qui est.”

« Te préoccuperais-tu de l’argent ? »

“Non. Il viendrait naturellement sans que je fasse d’efforts. Les personnes que j’aide seraient tout aussi heureuses que je le suis. Je suis en paix et heureuse de gagner ma vie en étant au service des personnes. Je donne et je reçois. Je reçois et je donne. C’est un cercle vertueux qui m’entraîne dans sa danse. Je danse avec la vie dans la lumière de qui je suis.”

En relisant ce texte, deux ans après, je réalise à quel point mes guides ont été justes dans leur questionnement et que mes réponses, malgré la peur, étaient inspirées par autre chose. Car pendant ces deux ans tout s’est déroulé de façon parfaite sans que je n’ai eu à manquer de quoi que ce soit pour subvenir à mes besoins matériels. (Lire l’article “Ma nouvelle vie avec les anges”). Mes guides m’ont accompagnée sur le chemin de ma peur afin que je m’en soustraie. En affrontant notre peur, nous parvenons à nous en défaire car nous réalisons qu’elle n’est qu’une illusion. La vie est magique n’est-ce pas ?

Copyright © 2017.
Sans mention de l’auteur ni de la source www.carolinefaget.fr  , l’utilisation de ce texte n’est pas autorisée.

 

 

 

 

Cet article a 11 commentaires

  1. Bonjour Caroline, tant de similitudes par rapport à mon parcours personnel que je ne peux m’empêcher de vous laisser un message ! Pour moi c’était le 1er octobre 2015. les mêmes peurs, les mêmes angoisses … Mes guides m’ont bien aidée aussi et m’ont permis de m’aligner sur ma mission d’âme et de concrétiser avec aisance et facilité mon nouveau projet ! Alors quoi de mieux est possible quand on sait que tout est orchestré là-haut pour nous accompagner et nous aider et que nos peurs ne sont que des expériences qui nous permettent de comprendre qu’elles ne sont qu’illusoires et créées de toute pièce par notre mental limitant ! Une belle continuation et plein de succès à vous, Catherine

  2. Lorsque j’ai su que vous aviez démissionné de l’éducation nationale pour devenir thérapeute dans un petit village isolé, je me suis fait du souci pour vous.
    En moi-même, je me suis dit : “Si c’était ma fille, je me ferais du souci”.
    Alors d’apprendre que vous pouvez vivre de votre métier, du métier que vous aimez, ça me rassure et ça me fait du bien.
    A bientôt
    Bertrand

  3. Bonjour Caroline,
    Je sais que nos chemins se sont déjà croisés, au moins sur internet, mais impossible de me rappeler où et quand… Ma mémoire me fait parfois défaut, j’en suis désolée… Dans tous les cas, je suis heureuse que ce changement de voie soit un succès pour toi. C’est un exemple à suivre et la preuve que cela peut arriver!
    J’ai vécu cette étape également, en 2012, mais moi j’ai dû me “résoudre” à quitter une autre institution Française à bout de force et sans aucun projet sérieux, en congé “sabbatique”… J’ai pris cette voie des thérapies holistiques, et même si “je n’étais pas mauvaise”, cette expérience manquait de légitimité, de plaisir, d’amour finalement… Pendant 2 années, nous avons vécu des choses horribles comme la banqueroute personnelle, et pourtant j’avais tellement rêvé d’une vie nouvelle et meilleure! Attention, j’ai tellement évolué pendant ces deux années, que je ne les regrette pas malgré le chagrin et les épreuves!
    J’ai repris mon poste en 2014, et j’ai réalisé qu’il fallait que parte définitivement mais pas sans faire valoir mes droits… Cela fait 3 ans que je suis en litige avec mon ancien employeur et j’aimerais que ce combat prenne fin, parce que je n’ai plus envie de lutte dans ma vie… La lutte va l’encontre de la vie elle-même je crois.
    Pendant une année, j’ai donc cherché à savoir qui j’étais vraiment et où mettre cet amour qui ne demandait qu’à sortir! Et j’ai trouvé, je voulais être artiste, créer des choses, créer de la magie, des arcs-en-ciel, des livres et des images pour partager ma vision du monde… Je le savais, mais j’avais peur d’être artiste, parce qu’artiste: “ce n’est pas un métier”, “ce n’est pas sérieux”, “Parce que c’est difficile d’en vivre” et que par dessus-tout, je n’avais pas du tout envie de retourner dans la précarité … Cela fait un an et demi que je me suis lancée, et wow! J’ai le coeur qui explose de joie! C’est ça que je veux faire et rien d’autre… Mais oui c’est vrai, je n’en vis pas encore, et dans 1 mois et demi, je n’aurais plus rien pour financer cette activité… Je n’ai pas de solution à part trouver un travail “alimentaire” et continuer ce projet… Et j’ai peur de nouveau,mais cette fois pas de ne pas avoir quelque chose mais de perdre ce que j’ai eu tant de peine à construire! Comment envoyer un signal à l’Univers pour qu’il me permette de continuer? J’avoue que je suis un peu perdue….

  4. Merci Caroline,
    Cela me fait du bien de lire ce genre de chose maintenant, car en ce moment je suis en train d’essayer de me détacher de mon mental, qui alimente une peur du lendemain. Je me suis fait prendre et emprisonner dans un spirale de questionnements pour savoir si je devais être comme ci ou comme ca pour pouvoir évoluer plus vite ou du moins pour sortir d’un certain inconfort intérieur. Mais en me questionnant de la sorte, je me suis tissé un réflexe de questionnement donc de doute sur chaque chose que je fait. Du coup je doute tout le temps. Heureusement que mon Âme, mes Guides, et mes Anges m’aident. Je vois les progrès tous les jours. Cette peur du lendemain m’ à fait aller dans le doute de manière extrême, du coup, en ce moment, je réapprend à être moi sans prise de tête. Pas simple de lâcher un réflexe même quand on sait que les peurs sont illusoires.
    Je remercie les cieux de leur bienveillance, et de tout l’Amour qu’ils ont pour nous sur cette Terre.
    Et merci encore Caroline pour ces partages qui portent ta douce énergie.

  5. Merci chère Caroline pour ce message qui éclaire ce que je vis de l’intérieur et montre aussi que nous sommes bien tous connectés !
    Je clôture au fur et à mesure, depuis quelques mois , mon activité ( de toujours !)
    et en vous lisant j’ancre la confiance que OUI un nouveau moi se crée….. en perspective et avec ce nouveau moi une nouvelle activité se profile à l’horizon .
    Alors Confiance , Patience , Amour et Joie…… dans la découverte sont à cultiver au jour le jour laissant les peurs se dissoudre peu à peu ….
    Bien à vous

  6. Bonjour Caroline, j’ai 75 ans et je me demande si je ne devrai pas me décider à déménager afin de m’installer dans une autre région en choisissant une maison genre “sénioriale”…laisser ma maison qui est bien trop grande malgré l’aide de mon compagnon…mon fils est mort le 3 avril dernier d’un arrêt cardiaque à l’âge de 46 ans…mes deux petits fils n’ont que 23 et 18 ans. Je ne m’imagine pas peser sur leur vie…pour le moment je les aide dans leur installation pour l’aîné ou leurs études pour le plus jeune…comment savoir ce qui est bon pour moi ?
    C’est la première fois que j’étale mes peurs…merci d’avoir la patience de me lire

    1. Chère Martine,
      Je vous remercie vraiment pour votre témoignage et pour votre sincérité. Je suis vraiment désolée pour la disparition si subite de votre fils. Les épreuves sont toujours des occasions de nous transformer. Mais chaque chose en son temps. Aujourd’hui il est nécessaire de vous écouter et de faire ce que vous inspire votre coeur. Si vous ressentez que vous vibrez en pensant à une nouvelle direction c’est que c’est le bon chemin… Les anges et en particulier votre ange gardien sont là pour vous aider et vous guider. Je vous envoie tout mon amour.

  7. bonjour caroline ,merci pour ce message de confiance qui arrive juste a point car je vient de laisser derriere moi un cycle complet que ce soit ma vie amoureuse et professionnelle et je m apprete a recommencer autre chose sur le plan professionnel et je me pose les meme question que tu tes poser il i a deux ans la peur de manquer ou de me tromper de voie , je vais travailler sur ce texte mille merci bonne continuation bisoux

  8. J’ai changé le mot argent pour le mot santé… Et cela fait disparaître toute l’anxiété et la peur de ne pas GUERIR!

    Merci, gratitude xxx

  9. Bonsoir Caroline, je suis en train de poser des actes concrets pour réaliser un projet de vie qui me tient à cœur (me rapprocher de mon fils et de mes petits fils en Ariège, j’habite actuellement en Vendée et profiter de ce déménagement pour me réorienter professionnellement), j’ai 56 ans, je suis éducatrice spécialisée et j’aime mon métier, mais je ne me sens plus en accord avec les valeurs de l’association qui m’emploie et je me sens inspirer par autre chose…
    Et je ressens les même peurs que vous il y a 2 ans, merci pour ce partage, car il me permet de suivre mon élan que je sais juste.
    D’un cœur à l’autre, je vous envoie mes plus tendres pensées.

Répondre à DUPUICH Bertrand Annuler la réponse

Fermer le menu
×

Panier